SYNDROMES DE GITELMAN ET DE BARTTER

 

LES DOULEURS LIEES A LA CHONDROCALCINOSE 20 août, 2013

Classé dans : Non classé — Carmen @ 17:31

La Chondrocalcinose (se référer à l’article du 22 juin 2011)  empoisonne notre quotidien en perturbant de nombreux aspects de la vie physique et psychologique. Elle agit sur les émotions, le moral, le travail,  les activités sociales et le sommeil.

Le réflexe est souvent d’arrêter les activités physiques, sources de douleur. Or, il est important de rester un minimum actif à l’aide d’exercices appropriés : natation, yoga, marche douce, exercices d’assouplissement, vélo … chacun peut trouver le plus adapté pour soi.

On distingue 2 types de douleur : la douleur aiguë qui est de courte durée et la douleur chronique qui est prolongée dans le temps et permanente depuis plus de 3 mois.

Quand on ressent une douleur, le premier réflexe est souvent de l’endurer ou de s’en soulager à l’aide de médicaments. Et ils sont souvent  accompagné d’un lot d’effets indésirables…Trouver le bon médicament représente un véritable parcours du combattant.

N’oubliez pas,  un médicament agit au niveau du système nerveux pour diminuer ou interrompre le circuit de la douleur, MAIS IL N’AGIT PAS SUR LA CAUSE DE LA DOULEUR.

En améliorant l’état psychologique et émotif, les thérapies complémentaires peuvent s’avérer extrêmement utiles pour le soulagement de la douleur, en supplément des antalgiques.

 

Les différents médicaments :

Palier 1 : permettant de traiter les douleurs légères à modérées tels que le paracétamol, l’aspirine (peu utilisée car effet sur la coagulation du sang),  l’ibuprofène, néfopam et les anti- inflammatoires non- stéroïdiens.

Palier 2 concerne des opiacés tels que la codéine, le tramadol et le dextropropoxyphène en association avec du paracétamol.

Palier 3 antalgiques plus puissants réservés aux douleurs sévères tels que la morphine, le  fentanyl,  l’oxycodone ou l’hydromorphone.

 

Néanmoins d’autres approches peuvent soulager, et aussi des méthodes moins conventionnelles.

Les différentes thérapies alternatives :

L’ostéopathie est une approche thérapeutique qui repose sur des manipulations manuelles du système musculo-squelettique.

La physiothérapie utilise plusieurs sources :  la chaleur, la cryothérapie (froid), l’ hydrothérapie (eau), l’électrothérapie (stimulation musculaire et sensorielle en ayant recours à un courant électrique) : ultrasons, laser etc…

L’acupuncture par le biais de l’implantation de fines aiguilles.

L’hypnothérapie a pour effet d’abaisser le seuil de perception de la douleur et d’en modifier son vécu.

La sophrologie et la musicothérapie tiennent aussi compte de la relation entre l’esprit et le corps en ayant pour objectif la relaxation.

La massothérapie qui englobe un ensemble de techniques de massage ayant pour objectif de favoriser la détente (musculaire et nerveuse).

L’aromathérapie est l’utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles) différent de la phytothérapie qui fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante.

La psychothérapie : les douleurs provoquent des pensées négatives et un sentiment d’impuissance ce qui est d’autant  plus difficile à la supporter,  en augmentant même son intensité. Le psychologue peut aider à mieux composer avec celle ci.

 

 
 

Informaticien de santé publ... |
Impotence chez l'homme |
hypocondriaque ? moi ?! si ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ZENKYO
| INSTALLATION INFIRMIER LIBERAL
| Le regime pour tous